Des gymnases et des travailleurs du conditionnement physique organisent des séances d’entraînement de masse en plein air pour protester contre les restrictions provinciales – CBC.ca

Plusieurs propriétaires de gymnases et de salles de conditionnement physique organisent des séances d’entraînement de masse en plein air pour protester contre l’interdiction par le gouvernement de l’Ontario des cours de conditionnement physique en plein air.

Une ordonnance provinciale de maintien à la maison – imposée pour la première fois le 8 avril pendant quatre semaines et maintenant prolongée jusqu’au 20 mai – signifie que les rassemblements extérieurs sont interdits et que les installations extérieures, autres que les terrains de jeux, sont fermées. Cela comprend les activités de remise en forme en plein air, qui ont été en grande partie fermées pendant des mois.

Depuis que les nouvelles restrictions sont entrées en vigueur, des dizaines de personnes se sont rassemblées chaque semaine dans des sites touristiques populaires de Toronto, tels que Nathan Phillips Square, Queen’s Park et l’hôtel de ville, pour faire de l’exercice et exiger que les cours de conditionnement physique en groupe soient jugés essentiels.

Geordan Thomas, propriétaire du United Boxing Club, est l’un des nombreux propriétaires de gymnases et de salles de fitness à organiser ces manifestations dans l’espoir d’attirer l’attention de la province.

«Les activités de plein air effectuées de manière sécuritaire devraient être autorisées», déclare Geordan Thomas, propriétaire du United Boxing Club. (CBC)

«Les activités de plein air effectuées de manière sécuritaire devraient être autorisées», a déclaré Thomas.

Son groupe d’entraînement, appelé United We Fight, a organisé une démonstration dimanche, avec des centaines de personnes participant à un entraînement physiquement éloigné au Canoe Landing Park.

“Ce n’est pas seulement une séance d’entraînement, c’est un mouvement. C’est une campagne et c’est une protestation”, a-t-il déclaré à CBC News.

Thomas dit que des mesures telles que la distance physique et la recherche des contacts sont en place à chaque affichage d’entraînement.

Compte tenu de la dotation en personnel limitée le week-end, le service de santé publique de Toronto n’a pas été en mesure de récupérer des données indiquant si ces démonstrations d’entraînement avaient ou non entraîné la transmission du COVID-19.

Fin mars, le gouvernement Ford a annoncé que la remise en forme en plein air serait autorisée à rouvrir dans les régions fermées afin de permettre aux gens de faire plus à l’extérieur.

Moins d’une semaine plus tard, l’Ontario a imposé un «frein d’urgence» à l’échelle de la province pour endiguer la croissance de la troisième vague de la pandémie, qui interdisait à nouveau le conditionnement physique en plein air.

Les activités de plein air ne sont pas totalement sûres, dit le médecin

Dr Jeff Kwong, scientifique principal à la Institut des sciences de l’évaluation clinique (ICES) à Toronto, s’inquiète des manifestations de masse.

Il dit que les rassemblements peuvent être dangereux, surtout si les masques ne sont pas portés pendant que les gens s’entraînent et respirent fortement.

“Je suis tout à fait pour les activités de plein air, mais faites-le en petit groupe ou seul et portez un masque lorsque vous êtes absent”, a-t-il déclaré.

“Nous savons que c’est beaucoup plus sûr à l’extérieur qu’à l’intérieur, mais ce n’est pas complètement sûr.”

Le Dr Jeff Kwong, scientifique à l’Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES) de Toronto, affirme que les rassemblements sont potentiellement dangereux, surtout si les masques ne sont pas portés pendant que les gens s’entraînent et respirent fortement. (CBC)

Ce mois-ci, alors que la province interdisait les activités de plein air, y compris le tennis et le golf, plusieurs experts médicaux ont déclaré que le risque de transmission en plein air est “extrêmement petit.

“Je pense qu’ouvrir autant d’espaces extérieurs que possible est une bonne chose, et je pense que c’est juste une question de gens qui comprennent comment ils peuvent être en sécurité”, a déclaré Kwong.

Dans une déclaration dimanche, le bureau de Ford a déclaré: “Alors que nous continuons à lutter contre cette troisième vague de variantes de COVID, nous exhortons tout le monde en ce moment à ne se réunir qu’avec les personnes avec lesquelles ils vivent et à rester à la maison autant que possible.”

Pendant ce temps, Nicole Afable, participante à la manifestation de dimanche, a déclaré que les impacts sur la santé mentale de ne pas pouvoir suivre un cours d’entraînement l’emportaient sur le risque d’être condamné à une amende pour avoir participé aux séances de groupe.

«Tout au long de la pandémie … ce qui m’a gardé sain d’esprit, c’était de bouger mon corps et de m’entraîner», a-t-elle déclaré.

“Nous sommes autorisés à nous rassembler pacifiquement et à faire entendre notre voix.”

CBC News a contacté la police de Toronto pour obtenir des informations concernant les contraventions ou les arrestations lors de ces manifestations, mais elle n’a fourni aucun détail.

Thomas a déclaré que les agents des statuts avaient assisté à certaines des manifestations, mais étaient partis sans contraindre personne.

L’industrie du fitness est inutilement ciblée, déclare le propriétaire du studio

Eddy Bucardo, propriétaire du studio de fitness Unchained Atheletics, soutient que les restrictions COVID-19 ont inutilement nui à son industrie.

“Cela a été très préjudiciable à la façon dont nous faisons des affaires. L’espace en ligne ne peut aller que si loin”, a-t-il déclaré.

“Avec ces verrouillages empêchant le fitness en plein air, cela nous rend en quelque sorte inutiles.”

Bucardo s’est associé à plusieurs autres studios pour créer Fit Safe Ontario, un autre groupe qui organise des manifestations d’entraînement en plein air dans des endroits comme Yonge-Dundas Square et Queen’s Park – à l’occasion en collaboration avec United We Fight.

“Peu de gens savent comment bouger leur corps … C’est une déclaration très ignorante de dire simplement” allez courir “parce que vous ignorez ouvertement la communauté des personnes handicapées”, a déclaré le propriétaire du studio de fitness Eddy Bucardo. (CBC)

Bucardo dit que si les entraînements à domicile et les séances d’entraînement en solo sont faisables, l’hypothèse que tout le monde peut s’entraîner seul est capable.

“Peu de gens savent comment bouger leur corps … C’est une déclaration très ignorante de dire simplement” allez courir “parce que vous méprisez de façon flagrante la communauté des personnes handicapées.”