Deux étudiants du district scolaire d’Edmonds récompensés pour leur travail avec le programme Boundless Washington – My Edmonds News

La classe de 202 Boundless Washington participe à un cours de yoga à distance après une discussion de leadership.

Deux adolescents du district scolaire d’Edmonds ont récemment été reconnu par le Sénat de l’État de Washington en tant que leaders étudiants handicapés pour leur implication dans le Washington sans frontières programme.

Le programme à l’échelle de l’État cherche à intégrer des activités de plein air amusantes et stimulantes avec une formation au développement du leadership pour les élèves des collèges et lycées de divers horizons qui ont des handicaps physiques et sensoriels. Il implique un engagement de deux ans des participants et a accueilli sa première cohorte d’étudiants au printemps 2020 après avoir été établi par le Conseil de direction de l’État de Washington grâce à un partenariat avec le Bureau du lieutenant-gouverneur et des organisations à but non lucratif Plein air pour tous, et Pas de barrières.

Les élèves sont Ritika Khanal, une résidente de Lynnwood qui est une junior à Mountlake Terrace High School, et Finn Paynich, un résident d’Edmonds qui est un junior à Edmonds Heights K-12 School. Les deux étudiants sont malvoyants et participent depuis la création du programme l’année dernière.

Les bourses de deux ans, qui sont offertes sans frais aux participants, ont un processus de candidature rigoureux qui comprend des réponses de rédaction et des entretiens. Le programme est destiné à emmener des étudiants de tout l’État sur une série de 14 excursions en plein air comprenant des activités telles que le ski, la randonnée et le camping. Ces sorties visent à pousser les participants en les faisant sortir de leur zone de confort et sont également conçues pour fonctionner parallèlement à un programme de développement du leadership en ligne et en personne qui perfectionne les compétences, le travail d’équipe et la confiance des étudiants.

En raison des restrictions de collecte pendant la pandémie de COVID-19, le programme n’a pas été en mesure d’organiser des événements en plein air qu’il avait précédemment planifiés pour l’ensemble de son groupe d’étudiants dans tout l’État. Tout au long de l’année dernière, les participants au programme se sont plutôt livrés à des activités physiques virtuelles et à des séances de formation en leadership organisées sur Zoom.

Ritika Khanal (photo de Kristina Brown)

Le passage d’un programme qui visait à offrir des expériences de plein air en personne à des activités presque exclusivement en ligne à l’intérieur a présenté des défis pour ses participants. “Comprendre comment nous rendons le programme accessible, comment intégrer tous ces handicaps pour nous assurer que tout le monde est inclus a été un défi mais un bon”, a déclaré Khanal. «Parce que je pense que nous apprenons toujours, nous enseignons toujours aux gens qui nous entourent aussi.»

Paynich a déclaré que la planification d’un jeu de bingo sur Zoom impliquait de déterminer comment fournir les tableaux de bingo à tout le monde et s’assurer qu’ils étaient agrandis pour les personnes ayant une déficience visuelle, ou en braille pour ceux qui sont aveugles, et aussi avoir un interprète en langue des signes. présent pour les participants sourds.

«Cela a été beaucoup d’improvisation et bien sûr, nous apprenons toutes sortes de compétences en leadership», a déclaré Paynich, qui identifie par eux / eux les pronoms. Ces éléments éducatifs comprennent une «formation à l’auto-représentation sur la façon de se défendre, car c’est vraiment important lorsque vous avez un handicap et que vous avez besoin de mesures d’adaptation», ont-ils déclaré.

Parce que le programme a commencé au milieu de la pandémie COVID-19, la plupart des participants n’ont pas encore eu la chance de se rencontrer en dehors des activités en ligne. «C’est un peu difficile de se connaître quand nous ne sommes pas en personne, mais c’est ce que nous faisons – jouer à des jeux et planifier des trucs ensemble – je pense que ça devient un groupe assez soudé», a déclaré Paynich .

Les activités de consolidation d’équipe en ligne comprenaient du yoga, du taekwondo et des exercices physiques. Plus récemment, les étudiants ont organisé des bingo et des jeux-questionnaires. Les jeux de bingo se sont concentrés sur les choses que les membres du groupe ont en commun liées à leurs handicaps et à leurs expériences individuelles. Les questions trivia ont été élaborées par chaque participant en rapport avec ses intérêts personnels, y compris les jeux vidéo, le théâtre musical et la littérature. En conséquence, les questions de trivia ont aidé les élèves à se familiariser davantage.

Bien qu’ils ne soient pas encore en mesure d’organiser des événements en personne pour tout le groupe, Khanal et Paynich ont déclaré que les expériences du programme avaient toujours été précieuses pour eux personnellement.

Khanal a déclaré que l’activité de taekwondo en ligne était particulièrement mémorable puisque les instructeurs devaient intégrer «la pratique des mouvements et des étirements» pour être inclusif pour une gamme de handicaps. «Ils ont essayé de tout décrire, et ils nous avaient envoyé les cibles de coups de pied par courrier», a déclaré Khanal, qui a ajouté qu’elle trouvait l’activité d’apprentissage assez difficile, «J’ai eu une expérience révélatrice, un jeu de mots non prévu, mais cela était intéressant de l’obtenir même si c’était virtuel.

Finn Paynich

Paynich a déclaré avoir aimé le «sens de la communauté» présenté par le programme. «Il y a tellement d’isolement au sein du COVID et même juste sans (it) – parfois, lorsque vous êtes dans un groupe marginalisé comme la communauté des personnes handicapées, vous ne voyez pas toujours des gens comme vous», a déclaré Paynich. «C’est juste agréable de pouvoir aller dans un groupe rempli de personnes avec différents handicaps qui peuvent toutes se rapporter à l’idée de capacitisme» et avoir des compréhensions similaires basées sur leurs expériences de vie.

«Il est vraiment important de prendre tous ces enfants de Washington qui sont très divers dans leurs identités et leurs antécédents culturels» et de «les former sur la façon de se défendre», a poursuivi Paynich, «parce qu’il est un peu difficile de savoir quoi faites parce que la plupart des gens ne sont pas confrontés au capacitisme, donc ils ne savent pas comment vous préparer à la façon dont la société traite les personnes handicapées.

En plus des activités de plein air ou physiques planifiées, le programme comprend du matériel pour que les élèves apprennent à développer davantage leurs compétences en leadership. Le programme comprend des leçons vidéo et des discours de personnes qui ont surmonté des défis sociétaux et personnels en raison d’être considérées comme handicapées. Les participants ont ensuite des discussions et partagent leurs réflexions sur la base de la présentation de la leçon.

L’un de ces concepts est de savoir comment vivre un «style de vie sans barrières», que Khanal a décrit comme transformant les défis de la vie en expériences d’apprentissage et en les utilisant «pour surmonter les obstacles sur votre chemin». Elle a ajouté que le groupe parle également «de différentes choses de leadership que nous pouvons incorporer dans nos propres vies». Les activités Boundless Washington proposées à distance ont préparé les étudiants pour le moment où «lorsque nous sortons (pour des excursions de groupe en plein air), nous pouvons, vous savez, prendre le relais», a-t-elle ajouté.

Les étudiants reçoivent également des leçons civiques sur les systèmes et processus gouvernementaux locaux et étatiques, comme la manière dont les projets de loi sont présentés et adoptés. Khanal a déclaré qu’elle prévoyait d’étudier les sciences politiques et les communications à l’université et qu’elle avait d’abord été inspirée à participer au programme en raison de l’implication de l’ancien lieutenant-gouverneur de l’État de Washington, Cyrus Habib, qui est complètement aveugle, dans le lancement du programme Boundless.

«Autant qu’il s’agit d’un programme de plein air et d’un programme de développement du leadership, cela donne vraiment l’opportunité d’établir des liens et de réseauter également», a déclaré Khanal. «Les gens qui ont en quelque sorte lancé ce programme, ce sont des gens fantastiques, ils ont une expérience incroyable, ils travaillent incroyablement dur» et organisent de nombreux événements de réseautage avec leurs relations à l’échelle de l’État à plusieurs niveaux, a-t-elle ajouté.

«Il est vraiment important de connaître vos droits et de vous rappeler que vous méritez d’être aidé et que vous n’avez pas à attendre», a déclaré Paynich. «Vous devriez toujours parler pour vous-même et ne pas laisser les gens vous maltraiter parce que les personnes handicapées ont des droits et qu’elles méritent d’avoir des droits.»

Khanal et Paynich ont déclaré qu’il y avait eu des sorties en petits groupes auxquelles ils avaient participé, comme une randonnée et une leçon de taekwondo en plein air, mais tous deux attendent avec impatience le moment où des activités de groupe régulièrement planifiées dans tout l’État pourront avoir lieu. Les membres du programme prévoient une sortie de groupe en kayak pour plus tard ce printemps.

Paynich a hâte de faire plus de randonnées et de participer à une variété d’autres activités de plein air telles que l’escalade, la natation et le canotage.

Khanal a déclaré être heureux que le programme nécessite un engagement de deux ans de la part de ses participants. «Heureusement, nous avons une autre année pour faire l’expérience du plein air comme ils l’entendaient», a-t-elle déclaré. «J’ai juste hâte de sortir.»

– Par Nathan Blackwell