La réouverture des sites de loisirs de plein air de l’Ontario devrait se concentrer sur l’équité et l’accès: défenseurs

TORONTO – Les golfeurs de l’Ontario ont poussé la province à rouvrir les parcours dont la fermeture a été ordonnée alors que la province est sous ordre de rester à la maison, mais certains observateurs estiment que l’accès aux installations récréatives extérieures desservant une population plus large devrait être tout aussi prioritaire.

Les médecins et les administrateurs d’installations de loisirs disent que les Canadiens doivent avoir accès à des moyens abordables, inclusifs et locaux pour sortir et faire de l’exercice, tant que les professionnels de la santé le jugent sécuritaire.

«Bon nombre des personnes dont je prends soin vivent dans des immeubles d’habitation denses, ont de petits espaces intérieurs et n’ont pas le luxe d’une cour arrière», a déclaré le Dr Naheed Dosani, médecin de soins palliatifs et militant pour la justice en santé à Toronto.

“Nous devons vraiment réfléchir à la manière de garder ces personnes en bonne santé physique et mentale.”

Le Dr Dosani et d’autres espèrent que la province rendra équitable toute réouverture des possibilités de loisirs. Outre les terrains de golf, les filets de basket-ball, les skateparks et les courts de tennis sont restés interdits pendant des mois.

Les golfeurs et les exploitants de clubs affirment que le sport est sûr car il est possible de jouer au golf tout en étant masqué et physiquement éloigné, d’autres provinces autorisent actuellement le sport et les gens ne voyagent pas pour jouer.

«Ils cherchent à jouer sur leur terrain de golf local dans leur communauté d’origine pour la pause santé physique et mentale qu’offre le sport», a déclaré Mike Kelly, directeur général de l’Association de golf de l’Ontario, en mai.

Plusieurs médecins ont même donné le feu vert au golf et à de nombreuses autres formes d’exercice en plein air car le risque de transmission du COVID-19 est faible à l’extérieur.

Cependant, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, n’a pas voulu bouger parce que la province a régulièrement signalé plus de 2000 nouveaux COVID-19 par jour et que de nombreuses unités de soins intensifs sont toujours débordées.

“Je parle à mes copains. Je sais ce qui se passe”, a déclaré Ford jeudi.

“Ils prennent un autre copain, deux ou trois. Ils sortent, ils vont jouer au golf … puis après avoir joué au golf, ils reviennent, ils ont quelques pops. C’est le problème.”

Ford a déclaré qu’il espérait rouvrir les installations de loisirs en plein air d’ici le 2 juin, mais l’industrie du golf ne faiblit pas et certains ont même rouvert par défi.

Pourtant, beaucoup disent que les plans de réouverture ne peuvent pas se concentrer uniquement sur un sport qui entraîne des frais élevés, nécessite souvent une adhésion et n’attire pas toujours les jeunes.

«Compte tenu de ce que nous avons appris sur cette pandémie et de son impact disproportionné sur les personnes vivant dans la pauvreté et les communautés racialisées, il est assez décevant qu’il y ait eu un tel plaidoyer autour d’un sport comme le golf», a déclaré le Dr Dosani.

“Cela parle probablement de qui a la voix la plus forte dans des moments comme celui-ci, et qui a les ressources pour plaider.”

S’il est important de rester à la maison pour arrêter la propagation du COVID-19, cela ne signifie pas que toute activité physique doit être réduite, a déclaré ParticipAction, une organisation nationale à but non lucratif dédiée à l’activité physique.

Marcher, faire de la randonnée, du vélo, du tennis, du basket-ball et simplement avoir accès à un espace vert ouvert peut être sécuritaire, a déclaré le Dr Leigh Vanderloo de ParticipAction.

«Nous ne rendons pas service en interdisant l’accès à tous ces différents types d’installations récréatives et sportives à l’extérieur», a-t-elle déclaré.

L’attente prolongée pour retourner aux loisirs est particulièrement difficile pour les communautés marginalisées ou celles qui vivent dans des maisons condensées sans arrière-cour, a-t-elle déclaré.

“Ils ont vraiment besoin de quitter leur place et de sortir”, a déclaré le Dr Vanderloo.

Les enfants ont également besoin d’un retour aux loisirs, a déclaré la Société canadienne de pédiatrie. Il exhorte la province à rouvrir immédiatement les espaces de loisirs extérieurs ou à produire des données montrant que les sites sont une source de transmission de virus depuis des semaines.

Il a écrit à Ford le 7 mai pour exiger la réouverture à nouveau et suggérer que cela aiderait à traiter le grand nombre de jeunes qui se sentent en détresse et aux prises avec des maladies mentales.

Alors que le YMCA du Grand Toronto a organisé des activités virtuelles et distantes pour de nombreux groupes d’âge pendant la pandémie, la chef de l’exploitation Lesley Davidson a déclaré que ceux qui visiteraient les installations voulaient être de retour dans la piscine, tirer des cerceaux et même s’entraîner au gymnase.

“Tout le monde ne peut pas avoir une salle de gym à domicile, donc il leur manque les poids et le cardio, mais je pense aussi que les gens manquent vraiment à la communauté”, a-t-elle déclaré. “Leurs amis leur manquent.”

L’activité physique, a-t-elle dit, peut améliorer le bien-être et le YMCA est impatient de trouver des moyens d’accueillir tout le monde, quand c’est sûr.

«Nous restons toujours en contact avec les protocoles et chaque fois que nous en apprenons davantage, nous nous adaptons immédiatement», a-t-elle déclaré.

“Nous avons toujours de l’espoir et nous sommes toujours prêts.”

– avec des fichiers de John Chidley-Hill à Toronto

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 15 mai 2021.