Les randonneurs voyous pourraient être accusés de sauvetage en vertu de la mesure proposée – Hawaii Tribune-Herald

Une mesure qui permettrait non seulement, mais obligerait également dans certaines situations, les entités gouvernementales à demander le remboursement des frais de recherche et de sauvetage progresse au Sénat de l’État.

Introduit par le sénateur de Big Island Joy San Buenaventura (D-Puna, Ka’u) et huit autres, le projet de loi 700 du Sénat permettrait à toute entité gouvernementale – généralement les services d’incendie du comté – de s’engager dans une recherche et de sauvetage pour demander le remboursement des dépenses engagées si le la nécessité de l’opération a été provoquée par la personne nécessitant un sauvetage.

Si le sauvetage était causé par la personne qui contournait un préavis raisonnable et / ou des panneaux et marchait sur un sentier fermé ou quittait un sentier de randonnée et pénétrait sur des terres privées, étatiques ou de comté fermées, les entités gouvernementales seraient tenues de demander le remboursement partie des dépenses.

Le remboursement, en vertu de la proposition, pourrait provenir de la personne, de sa succession, de son tuteur ou gardien, ou d’une autre entité responsable de la sécurité de la personne.

Le projet de loi a été repris par son premier comité désigné, le Comité de la sécurité publique, des affaires intergouvernementales et militaires, le 11 février. Après avoir apporté des amendements techniques et non substantiels, le comité a voté en faveur de l’adoption de la mesure 4-0.

Il sera repris mercredi par la commission judiciaire pour prise de décision. S’il est adopté cette semaine, le SB700 retourne au Sénat pour une troisième lecture, et s’il y est adopté, passe à la Chambre pour un examen plus approfondi.

La présidente du ministère des Terres et des Ressources naturelles, Suzanne Case, dans un témoignage soumis à la législature de l’État, a déclaré que le ministère soutenait «toute stratégie qui inciterait le grand public à rester dans les zones gérées autorisées», ajoutant que, bien que les sanctions statutaires, «elles soient clairement pas un élément dissuasif.

Elle a toutefois noté que, étant donné que la recherche et le sauvetage sont des responsabilités du comté, le ministère s’en remettrait à eux «en ce qui concerne la mise en accusation des personnes pour sauvetage».

«Bien que cela puisse inciter les gens à obéir aux règles, cela pourrait aussi décourager les gens d’appeler à l’aide», a-t-elle déclaré dans un témoignage écrit.

E. Ileina Funakoshi a encouragé la commission de la sécurité publique, des affaires intergouvernementales et militaires à adopter la mesure, déclarant que les contribuables «couvraient depuis trop longtemps les frais de ces aventuriers».

«Il est temps que nous ne soyons pas tenus responsables de leur irresponsabilité. Peut-être que s’ils étaient informés qu’ils devraient payer le coût de leur sauvetage, ils pourraient reconsidérer en prenant des risques qui mettent leur vie en danger », a écrit Funakoshi dans un témoignage présenté en tant qu’individu.

Un autre projet de loi en cours au Sénat, le projet de loi 363 du Sénat, exigerait également le remboursement des randonneurs qui doivent être secourus après avoir quitté un sentier balisé ou ignoré les panneaux «fermé» ou «sans intrusion». De plus, cela ajouterait de nouvelles sanctions pour délits mineurs pour une randonnée illégale. Cette mesure n’a pas réussi à obtenir une seule audience cette session.